Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

communiqué des opposants

3 janvier 2014, 09:56am Publié par La coordination des Opposants au Lyon Turin

La Suisse contrainte de payer les aménagements ferroviaires en Italie.

Thierry Repentin, Ministre des affaires européennes et Frédéric Cuvillier Ministre des transports nous assurent que l'Italie est prête à financer le projet pharaonique du Lyon-Turin.

L'exemple donné par l'office Fédéral des Transports suisses nous permet d'en douter : la Suisse doit investir 280 millions de francs suisses (environ 228 millions d'€uros) pour mettre à niveau le réseau ferré italien et y faire passer les marchandises :

« Feu vert au corridor 4 mètres: après le Conseil des Etats, le Conseil national soutient le projet d'adapter la ligne ferroviaire Bâle-Chiasso de sorte qu'elle puisse aussi être empruntée par des semi-remorques d'une hauteur aux angles de 4 mètres. Les deux chambres se sont ralliées pour l'essentiel auxpropositions du Conseil fédéral, y compris le financement des travaux par le biais du fonds FTP (fonds FIF à l'avenir). Elles ont toutefois décidé d'augmenter de 50 millions de francs le montant des crédits que la Suisse serait prête à consacrer à des travaux sur sol italien afin de garantir l'efficacité du corridor de fret nord-sud. Le projet est devisé à près de 1 milliard de francs, dont 280 millions pour des mesures en Italie. »

Sources : http://www.bav.admin.ch/aktuell/03876/04503/04509/index.html?lang=fr

http://www.romandie.com/news/n/CHTunnel_du_Gothard_pres_d_un_mrd_CHF_pour_les_corridors_de_4_metres22051220131316.asp?

L'Italie, qui n'arrive pas à financer la maintenance et la mise à niveau de son réseau ferroviaire existant, serait capable de financer la partie italienne du projet Lyon-Turin pour plusieurs Milliards d'€uro.

Les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

Les opposants au projet de nouvelle ligne Lyon-Turin demandent que l'argent public serve à la maintenance du réseau existant partout en France, à la mise en place des plate-formes de chargement des camions sur les trains, l'utilisation de la ligne existante entre Dijon et l'Italie pour les marchandises et les doublements des voies pour desservir Chambéry et Annecy dès maintenant.

Les dirigeants qui ne font rien pour obliger le transport des marchandises par le rail et laissent circuler les camions sur les routes des Alpes comme partout en France, prennent la responsabilité de l'exposition des populations riveraines aux polluants cancérogènes et de des conséquences en matière de santé publique.

Rappelons que l'utilisation de la ligne ferroviaire existante, qui a déjà été mise au gabarit de Dijon jusqu'à Modane et l'Italie, permet de réduire de moitié, le nombre de camions traversant les Alpes sur l'axe Est en Ouest.

En se limitant à ce qui se faisait en 1983, la ligne existante est en mesure de transporter aujourd'hui 50% des marchandises franchissant les Alpes au Mont-Blanc et en Maurienne.