Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

communiqué des opposants

11 juin 2013, 13:11pm Publié par La coordination des Opposants au Lyon Turin

CINQ mois de baisse consécutive des camions dans les Alpes du Nord.

Depuis le mois de janvier 2013, chaque mois, le trafic des poids lourds baisse, tant au Fréjus qu'au Mont-Blanc pour atteindre une baisse cumulée à fin mai de 34.135 camions de moins par rapport à 2012.

12.185 camions de moins au Fréjus et 21.950 de moins au Mont-Blanc, soit une baisse cumulée de 6,23 %.

Sources : http://www.tunnelmb.net/v3.0/frasp/indexfr.asp / http://www.sitaf.it/index.php?option=com_k2&view=item&layout=item&id=67&Itemid=154

Rappelons qu'en 2012, les deux passages routiers avaient déjà vu une baisse de 81.771 camions par rapport à 2011.

Ces chiffres confirment que la saturation de la ligne ferroviaire existante n'est pas d'actualité, qu'elle permet dès aujourd'hui le report des marchandises transportées sur la route par le rail.

C'est ce qu'exigent les opposants à la nouvelle ligne Lyon Turin.

Ces baisses constantes de trafic routier démontrent que les déclarations des promoteurs de ce projet inutile et coûteux sont des fables.

  • Où sont les 60 millions de tonnes de marchandises annoncées pour 2012 ?

  • Quand verra-t-on 300.000 camions sur le train comme annoncé en 2002 à l'Assemblée ?

  • Qui s'engage sur les prévisions de trafic erronées et portera la responsabilité des dépenses injustifiées ?

Une seule chose est sûre dans ce dossier, ce sont les contribuables qui paieront cet immense gâchis.

Aucun des engagements pris devant les Assemblées n'a été tenu, le coût des études est passé de 371 millions à 901 millions selon la Cour des Comptes, la saturation de la ligne ferroviaire existante, déclarée comme « préalable indispensable » était prévue pour 2012, elle n'est utilisée qu'à 17% de ses capacités.

La ligne ferroviaire existante a été modernisée avec l'ERTMS et portée au gabarit GB1 à coup de centaines de millions, elle est scandaleusement sous-utilisée.

Le nombre de camions ne cesse de diminuer, rien n'est fait pour augmenter aujourd'hui l'utilisation de la ligne existante malgré les promesses, l'emploi ne sera pas au rendez-vous, les coûts explosent, la ligne existante ne sera pas saturée.

Seule la couverture des voies, pour protéger les riverains des nuisances, s'impose.

Pendant ce temps, ce sont des milliers de personnes qui sont exposées aux émissions des moteurs diesel, responsables de cancers, alors que ces marchandises pourraient circuler, AUJOURD'HUI, sur la ligne existante.

L'arrêt immédiat de ce projet est une absolue nécessité et une mesure de bon sens.

Pour autant, elle n'hypothèque en rien l'avenir.