Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

réaction de Dominique Dord à la décision de JM Ayrault

28 août 2013, 16:29pm Publié par La coordination des Opposants au Lyon Turin

La DUP qui vient d’être signée n’est qu’un point d’étape dans une procédure enclenchée bien avant le rapport de la commission mobilité 21 et les déclarations du Premier Ministre, le 9 Juillet dernier.

Elle ne constitue donc pas en soi, à mon avis, un événement politique dans ce dossier.

En revanche, si l’État français ne l’avait pas signé à ce stade de la procédure, cela aurait constitué un véritable événement politique, une forme de séisme signifiant l’abandon pur et simple du Lyon-Turin.

Je note toutefois que le Gouvernement se donne 15 ans pour commencer les travaux… ce qui en dit long sur sa capacité (sa volonté ?) de passer aux travaux pratiques !!! À défaut de trancher nettement dans le dossier, le Gouvernement a donc choisi habilement de gagner du temps.

Cette DUP (qui sera très vraisemblablement attaquée), qu’il pouvait donc difficilement ne pas signer, place néanmoins le Gouvernement devant ses contradictions :

1. S’il suit les préconisations de la Commission mobilité 21, comme s’y est engagé le Premier Ministre, la DUP deviendra lettre morte.

2. S’il engage les travaux, il manque à sa parole et condamne, faute de moyens disponibles, tout autre investissement d’infrastructure de transport dans notre pays. Il faut dire que d’ici à 15 ans, de nombreux autres Gouvernements seront passés par là…

La cour des comptes avait décidément bien raison de dénoncer la mauvaise gouvernance de ce projet !

Sur le fond, je redis ma conviction que la ligne entre Lyon et Chambéry n’est pas d’utilité publique, alors même qu’elle massacrerait des centaines d’hectares de terres agricoles et apporterait une nuisance considérable à des milliers de riverains. Qu’elle serait d’un coût prohibitif pour nos finances publiques. Que la priorité, qui ne peut attendre 15 ans, va à la modernisation des voies existantes entre Lyon et Annecy et à la protection intégrale de la ligne historique le long du lac du Bourget et dans la traversée des agglomérations de Chambéry et Aix-les-Bains.
Le débat autour du Lyon-Turin n’est donc pas près de s’éteindre.